lundi 21 décembre 2009

Hommage à Chaplin

Durant les vacances de fin d'année, la chaîne Arte nous donne l'opportunité de découvrir ou redécouvrir Charlie Chaplin au travers de ces principaux chefs d'œuvre. Pour ma part, je fais partie de la première catégorie et j'ai donc découvert hier soir Le Dictateur (1940) et je suis resté scotchée devant la scène finale où le barbier juif qui à prit la place dudit dictateur à cause d'une erreur de la part des soldats, se retrouve devant la foule pour faire un discours. Et force est de constater que les sujets abordés sont toujours d'actualité. Cela est magique, vous prends au cœur et vous attriste en même temps quand vous prenez conscience que finalement l'humain n'a pas évolué depuis et que nous traversons toujours les même problèmes avec la recherche de la technologie qui détruit notre cœur ainsi que notre avidité de pouvoir. Triste constat que Chaplin avait déjà percé à jour à l'époque. Sa façon de dépeindre ce sosie d'Hitler alors même que la guerre faisait rage en Europe est d'autant plus impressionnante. Il utilisa l'humour pour aborder les sujets des juifs et de leur enfermement dans des camps, de la guerre, du nazisme et de la folie d'un homme qui atteint sont paroxysme dans la scène du ballon. Voyez vous-même :




Voici la retranscription du discours du barbier juif joué par Charlie Chaplin dans la vidéo ci-dessus :

A Jewish Barber aka the Dictator : I'm sorry, but I don't want to be an emperor. That's not my business. I don't want to rule or conquer anyone. I should like to help everyone if possible; Jew, Gentile, black man, white. We all want to help one another. Human beings are like that. We want to live by each other's happiness, not by each other's misery. We don't want to hate and despise one another. In this world there is room for everyone, and the good earth is rich and can provide for everyone. The way of life can be free and beautiful, but we have lost the way. Greed has poisoned men's souls, has barricaded the world with hate, has goose-stepped us into misery and bloodshed. We have developed speed, but we have shut ourselves in. Machinery that gives abundance has left us in want. Our knowledge has made us cynical; our cleverness, hard and unkind. We think too much and feel too little. More than machinery, we need humanity. More than cleverness, we need kindness and gentleness. Without these qualities, life will be violent and all will be lost. The airplane and the radio have brought us closer together. The very nature of these inventions cries out for the goodness in men; cries out for universal brotherhood; for the unity of us all. Even now my voice is reaching millions throughout the world, millions of despairing men, women, and little children, victims of a system that makes men torture and imprison innocent people. To those who can hear me, I say, do not despair. The misery that is now upon us is but the passing of greed, the bitterness of men who fear the way of human progress. The hate of men will pass, and dictators die, and the power they took from the people will return to the people. And so long as men die, liberty will never perish. Soldiers! Don't give yourselves to brutes, men who despise you, enslave you; who regiment your lives, tell you what to do, what to think and what to feel! Who drill you, diet you, treat you like cattle, use you as cannon fodder. Don't give yourselves to these unnatural men - machine men with machine minds and machine hearts! You are not machines, you are not cattle, you are men! You have the love of humanity in your hearts! You don't hate! Only the unloved hate; the unloved and the unnatural. Soldiers! Don't fight for slavery! Fight for liberty! In the seventeenth chapter of St. Luke, it is written that the kingdom of God is within man, not one man nor a group of men, but in all men! In you! You, the people, have the power, the power to create machines, the power to create happiness! You, the people, have the power to make this life free and beautiful, to make this life a wonderful adventure. Then in the name of democracy, let us use that power. Let us all unite. Let us fight for a new world, a decent world that will give men a chance to work, that will give youth a future and old age a security. By the promise of these things, brutes have risen to power. But they lie! They do not fulfill that promise. They never will! Dictators free themselves but they enslave the people. Now let us fight to fulfill that promise. Let us fight to free the world! To do away with national barriers! To do away with greed, with hate and intolerance! Let us fight for a world of reason, a world where science and progress will lead to all men's happiness. Soldiers, in the name of democracy, let us all unite! Hannah, can you hear me? Wherever you are, look up Hannah! The clouds are lifting! The sun is breaking through! We are coming out of the darkness into the light! We are coming into a new world; a kindlier world, where men will rise above their hate, their greed, and brutality. Look up, Hannah! The soul of man has been given wings and at last he is beginning to fly. He is flying into the rainbow! Into the light of hope, into the future! The glorious future, that belongs to you, to me and to all of us. Look up, Hannah. Look up!

Mais je crois que je vous reparlerais du Charlot car ce soir j'ai rendez-vous avec Les temps modernes. Critique du Taylorisme en perspective.

samedi 12 décembre 2009

Quote of the Day aka Citation du Jour_n°010


Extrait du clip de la dernière chanson de Grégory Lemarchal "Je rêve".

jeudi 10 décembre 2009

Quote of the Day aka Citation du Jour_n°009


At this moment, there is 6 470 818 671 people in the world.
Some are running scared.
Some are coming home.
Some tell lies to make it through the day.
Other are juste now facing the truth.
Some are evil men, at war with good.
And some are good, struggling with evil.
Six billion people in the world.
Six billion souls.
And some times... all you need is ONE.

One Tree Hill, épisode 3.01


La précédente citation de cette série m'a rappelé en mémoire celle ci-dessus (qui date de 2005) que j'adore et à laquelle je repense souvent. Certains peuvent trouver ce show trop girly ou autre superlatif bien pire. Mais moi je le suis depuis sa première diffusion sur TF1 et depuis 2006 au rythme américain. Elle gagne d'ailleurs en qualité en VOST. Comme la plupart de ses consœurs, la version française affaiblie la qualité de jeux des acteurs et du texte (plus lissé). Certaines de mes citations préférés viennent de One Tree Hill qui sait à chaque fois trouver les mots et parler de sujets difficiles (contrairement aux apparences), bien mieux que Gossip Girl (diffusé sur la même chaîne, the CW) par exemple. J'ai pu ainsi découvrir des auteurs de la littérature anglophone et débuter ma passion pour les citations.


Cette citation a une place particulière dans mon cœur car c'est souvent celle qui me vient tout de suite en tête quand j'en cherche une. Mais aussi parce que la chanson qui l'accompagne, Street Map by Athlete, fait partie (depuis que je l'ai découverte dans cet extrait) de mes préférées et m'émeut à chaque fois que je l'écoute. Je suis d'ailleurs très heureuse de posséder leur album en vinyle. Listen yourself :

mercredi 9 décembre 2009

Chuck is back: Season 3, january 11th 2010

Affiche dévoilée lors du Comic Con, en juillet dernier.

La promo de ce super show a commencé fin novembre avec le premier preview puis début décembre avec le second. Et cette nouvelle saison promet de beaux moments avec de super guest-stars et le fait que maintenant Chuck devient a real spy grâce à l'Intersect 2.0 dans sa tête. Mais évidement cela ne marche pas à tous les coups, Chuck reste Chuck donc cela donnera lieu à de nouvelles scènes tordantes. Vivement le 11 janvier avec un season premier de 2 heures et le 3e épisode dès le lendemain... Trop génial, surtout quand on sait que la série était à deux doigts d'être annulé l'année dernière mais le mouvement mondial orchestré par les fans (moi y compris au travers de mon blog) fut payant.

video

Actualisation du 12 janvier : Le season premier de 2h de Chuck à attiré 7,5 millions de téléspectateurs. Ce qui est plutôt un bon score vue que l'année dernière il n'avait réussi à dépasser le palier des 7 millions qu'à deux reprises dont notamment pour l'épisode spécial en 3D. Et à ma grande joie, les fans ont répondus présent devant le troisième épisode de la saison 3 diffusé dès le lendemain (dans son créneau habituel, avant Heroes) avec 7,36 millions de téléspectateurs. Mais il ne peut sauver la série des super héros, en perpétuelle chute qui a atteint un nouveau niveau plus bas historique avec (encore?) 4,72 millions d'irréductibles. Souhaitons longue vie au super agent secret Carmichael... enfin Chuck.

Quote of the Day aka Citation du Jour_n°008


VO :
Take a look at yourself in a mirror.
Who do you see looking back ?

Is it the person you want to be ?

Or is there someone else you were meant to be...
the person you should have been, but fell short of ?

Is someone telling you you can't or you won't ?
Because you can.

Believe that love is out there.

Believe that dreams come true every day.
Because they do.

Sometimes happiness doesn't come from money or fame or power.
Sometimes happiness comes from good friends and family
and from the quiet nobility of leading a good life.

Believe that dreams come true every day.
Because they do.

Believe that dreams come true every day.
Because they do.

So take a look in that mirror,
and remind yourself to be happy, because you deserve to be.
Believe that.

And believe that dreams come true every day.
Because they do.



VF :
Regardez-vous dans un miroir.
Qui voyez-vous regarder en arrière ?
Est-ce la personne que vous voulez être ?

Ou bien y avait-il quelqu'un que vous deviez être...
la personne que vous auriez du être, mais que vous avez manquée.
Est-ce que quelqu'un vous dit que vous ne pouvez pas ?
Car vous pouvez

Croyez que l'amour est dehors.

Croyez que des rêves se réalisent tous les jours.
Parce qu'ils se réalisent.

Parfois, le bonheur ne vient pas de l'argent, de la célébrité ou du pouvoir.
Parfois, le bonheur vient des amis et de la famille.
Et du bonheur tranquille de vivre une bonne vie.

Croyez que des rêves se réalisent tous les jours.
Parce qu'ils se réalisent.

Croyez que des rêves se réalisent tous les jours.
Parce qu'ils se réalisent.

Alors jetez un œil dans ce miroir,
et rappelez-vous d'être heureux, parce que vous le méritez.
Croyez en ça.

Et croyez que des rêves se réalisent tous les jours.
Parce qu'ils se réalisent.



One Tree Hill, 624, Season Final, THE END.

lundi 7 décembre 2009

The Men Who Stare at Goats aka Les Chèvres du Pentagone


Synopsis : Bob Wilton, un journaliste désespéré fait l'heureuse rencontre de Lyn Cassady, un soldat aux pouvoirs paranormaux combattant le terrorisme. Ils se rendent ensemble en Irak ou ils rencontrent Bill Django, le fondateur de l'unité, et Larry Hooper, soldat de l'unité qui dirige une prison.



Ce film sort sur les écrans français le 10 mars 2010. Quand j'ai découvert la bande annonce, j'ai réellement cru que c'était le nouveau film des frères Cohen car il me rappelait O' Brother dans le côté totalement barré des personnages. La présence de George Clooney au casting y est pour quelque chose.

Harry Potter and the Deathly Hallows-part 1, Featurette - First Look


I can't wait!!!!!

State of Play UK versus State of Play US - My Review

Hier, j'ai découvert la sixième et dernière partie de la série britannique Jeux de Pouvoirs plus connu sous le nom de State of Play qui était diffusé chaque vendredi soir aux alentours de 22h15 au rythme d'un épisode par semaine. Ce thriller politique fut diffusé pour la première fois le 18 mai 2003 sur la chaîne britannique BBC, puis quelques années sur Arte. J'en avais déjà entendu parlé lors de sa diffusion sur Canal + et donc j'avais très envie de le voir pour me faire une opinion. Quelle ne fut pas ma déception de tomber sur le dernier épisode un jour sur Arte. En effet, la série avait été renommée Jeux de Pouvoirs en France donc je pouvais attendre longtemps. C'est pourquoi je fut très heureuse de découvrir dans mon programme TV il y a six semaines de ça que la septième chaîne de la TNT avait l'intention de rediffuser cette série britannique. On ne m'y reprendra donc pas à deux fois : j'étais devant mon écran plus que prête à découvrir les tenants et aboutissants de ce complot politico-romantico-journalistique.


Synopsis : Deux personnes que tout sépare disparaissent. Une jeune femme, Sonia Baker, membre d'une commission gouvernementale, tombe sous une rame de métro et un jeune garçon, spécialiste du vol à la tire, est abattu par un tueur professionnel. Ils n'ont rien à voir l'un avec l'autre mais se sont pourtant téléphonés quelques heures avant leur mort. Un grand quotidien, The Herald, s'empare de l'affaire et enquête sur ce qui pourrait se révéler être un scandale national.


Cette série vous tient en haleine de bout en bout. Chaque épisode se finit sur un cliffanger que vous vous demandez comment vous allez tenir à devoir attendre une semaine pour voir la suite. Les actions et rebondissements s'enchaînent tellement que vous ne voyez pas l'heure passer et ne le réalisé que quand le générique de fin apparaît à l'écran. Très frustrant et en même temps c'est jouissif de se faire rouler dans la farine par cette histoire au scénario brillamment orchestré. La réalisation nerveuse à souhait revient à David Yates qui réalisera plus tard quelques petits films à petit budgets que sont Harry Potter 5, 6 et 7 part1 & 2...


Le grand intérêt de cette série, hormis l'histoire, est le choix des acteurs pour interpréter cette galerie de personnages complexes à souhait, loin des clichés habituels. Mention spéciale à Bill Nightly (que certains ont découvert comme moi dans Love Actually et adoré dans en chef de la rédaction du Herald cabotin au possible. Je suis fan. Face à lui John Simm (Carl McCaffrey) et David Morrissey (Stephen Collins) sont très crédibles et nous font vraiment ressentir les multiples émotions que leurs personnages traversent durant toute cette histoire. N'oublions pas non plus toute la galerie excellente de seconds rôles qui les soutiennent : James McAvoy (Atonement, Wanted, Le Dernier Roi d'Écosse, Penelope...) dans le rôle de Dan Foster, journaliste freelance et accessoirement rejeton du rédacteur en chef, Kelly MacDonald (No Country for Old Men, Choke...) fidèle second de McCaffrey ou encore Polly Walker (la série Rome) dans le rôle de l'épouse trompée.

En bref, si vous n'avez pas encore découvert cette brillante série britannique, jetez-vous dessus. Si vous avez vu (et aimé ou non) le remake américain, jetez-vous dessus la version TV car elle est 100 fois mieux.


En effet, après avoir achevé le visionnage du dernier épisode j'ai ressentie le besoin de poursuivre l'expérience en la comparant avec la version américaine, format 16/9, avec Russel Crowe, Ben Affleck, Rachel McAdams, Helen Mirren et Robin Wright Penn.
Et je dois dire que j'ai été surprise par les bonnes critiques que la version filmique a rencontrée. En effet, hormis Télérama avec lesquel je partage l'opinion (pour une fois), la plupart considèrent "l'intrigue haletante/captivante, l'interprétation prenante et confirme le talent du réalisateur du Dernier roi d'Écosse..." À tout ceci, je répondrais que nous n'avons pas dû voir le même film et que tous ces superlatifs sont une insulte au Dernier roi d'Écosse qui pour moi méritait tout les éloges précédemment cités contrairement à la version ciné de State of Play. Or cette dernière, pour moi, n'a pas le tiers du côté "haletant" que pouvait avoir la version TV. Les acteurs, exceptés Russel Crowe, n'ont pas suffisamment de temps à l'écran pour réellement nous montrer l'étendue de leurs capacités. Bien que je doute que cela aurait changer quoi que ce soit vue la façon dont le développement des personnages fut réalisé dans le scénario Hollwoodien. Même si Crowe me fit vibrer à certains moments, notamment quand il est poursuivi au péril de sa vie (ce qui est assez drôle vue le super gaillard que c'est) il ne me toucha pas comme John Simm. De plus, le fait de souligner les origines irlandaises de son personnage à grand renfort de chants celtiques biens viriles me font doucement rire surtout de la part d'un Australien pure souche...


Tout l'histoire du triangle amoureux est ici gommé pour que cela n'entache pas l'enquête policière (euh, pardon journalistique) au détriment du personnage de Robin Wright Penn, inconsistant. L'actrice ne dégage absolument rien en comparaison à Polly Walker qui possède une bonne paire de c******* (que ceux qui ne sont pas d'accord jettent un œil sur sa prestation dans Rome). La femme de Sean Penn a beau être magnifique, son personnage est absoluement oubliable.
Tout comme celui de Dominic Foy gardien de si nombreux secrets de Sonia Baker dans la version UK, le pauvre John Bateman est ici totalement inexploité, relegué à l'état de banale source le temps de 2-3 scènes.
Elen Mirren est peut être une actrice dont le talent n'est plus à mettre en cause mais son personnage n'a rien à voir avec le charismatique Bill Nightly. Quand elle décide de mettre l'embarguo sur la mise en presse du journal pour donner quelque heures de plus à McCaffrey et à Della Frye de réunir les preuves nécessaires à leur papier, cela n'a vraiment pas la même saveur que quand Foster Senior prend cette décision. On ressent réellement le côté rebel du british avec toute la rédaction derrière lui, retenant son souffle lorsqu'il fait donner l'ordre d'arrêter les presses. C'est cela qui m'a manqué dans le film, toute l'ébulition de la salle de la rédaction, toute cette énergie qui donnait des ailes aux héros enquêtant sur le complot et à nous par la même occasion. Cette envie, ce besoin que ressentent les journalistes pour informer le public quoi qu'il en coûte. Le pouvoir des mots face à la violence, aux non-dits, aux secrets. Cela me rappel ce rêve journalistique que j'ai pu avoir quand j'étais plus jeune. Avec ce blog, c'est une façon pour moi de le réaliser en quelque sorte.


D'ailleurs en parlant de journalisme via la toile, c'est l'un des rares trucs que j'ai apprécié dans ce film : le personnage de Rachel McAdams (Mais je ne suis peut être pas suffisament objective vue que j'adore l'actrice.), bloggeuse du Washington Globe. Entre elle et McCaffrey c'est la confrontation : version papier Vs. version internet. On pourrait regretté néanmoins qu'elle laisse bien vite son moyen d'expression au profit de la méthode "classique". Un choc des titans plus approfondis aurait été intéresant. C'est d'ailleurs ce que la plupart des critiques papier ont apprécié : la mise en lumière du monde journalistique du travail d'investigation jusqu'à la mise en presse sous les rouleaux de l'imprimeur. J'ai cependant du mal à croire qu'ils aient vue la version britannique sinon ils auraient trouvé comme moi cette histoire trop lisse, qui ne va pas assez en profondeur que ce soit au niveau des personnages que de l'enquête qui à mon goût s'enchaîne trop facilement. Dès le début le personnage de Russel Crow y voit un complot (Ah, cette bonne vieille thèse du complot que les américains paranos, post 9/11 oblige, affectionnent tant !) face à une rédactrice-en-chef dubitative mais si vite convaincue par l'appel de sensationnel en première page de son journal.

En conclusion, un gros budget ne fait pas tout. Le talent n'a pas de prix. Personne ne peut imiter l'humour noir et la façon de raconter les histoies so british. N'est pas anglais qui veut. Et c'est une bonne chose finalement car cela fait partie du patrimoine Européen : le mélange de tous ces peuples si différents avec leur culture bien à eux qui s'enrichissent mutuellement.

Actualisation (10 décembre) : Le film apparaît en très bonne place dans le TOP 10 des meilleurs films de l'année selon le magazine de cinéma PREMIERE... Il faut croire que je suis définitivement passé à côté. Cependant, qui n'a jamais été en désaccord avec les critiques...

dimanche 6 décembre 2009

The Departed aka Les Infiltrés - My Review


La diffusion du film qui valu l'Oscar du Meilleur Réalisateur à Monsieur Martin Scorcesse vient de s'achever sur TF1 et cela me ramène trois ans en arrière quand je l'ai découvert au cinéma. Je me revois encore marchant dans les rues de Nantes à la sortie du Gaumont, perdue dans mes pensées et toute retournée par ce film brillant qui m'a fait apprendre à aimer un acteur (Leonardo Dicaprio) qui prouve qu'il est bien plus que juste une belle gueule et redécouvrir un autre acteur (Mark "fucking" Wahlberg) qui est drôlissime dans son rôle de flic vulgaire au possible (qui lui valu une nomination à l'Oscar du meilleur second rôle masculin). Ce fut intéressant de pouvoir redécouvrir ce film, en VOST cette fois. Je trouve d'ailleurs que les tirades de Wahlberg sont encore plus hilarantes dans la langue de Shakespeare. Il n'y a que sa coupe de cheveux improbable qui me pose toujours autant problème mais je n'y peux rien c'est mon premier béguin de collégienne le Marky Mark.


Alors que les filles de mon âge étaient folles des gars des boysbands, moi je craquais sur ce gars et ses pubs pour les sous-vêtements Calvin Klein en noir et blanc. Et croyez-moi, rechercher des photos sur le net de vos stars préférés à cette époque du bas débit était une véritable épreuve de force pour tester votre fan attitude. Les plus vieux d'entre vous comprennent, ceux qui ne connaissent que le haut débit n'imaginent pas la lenteur que peut mettre une photo à charger... lentement... progressivement... Le visage vous apparaît alors tel le Messie. Tant de temps passé pour quelque pauvres clichés que vous regroupiez sur une superbe disquette 3"5... Il en faudrait des centaines pour atteindre la capacité d'une clé USB d'un Go. Tout cela pour dire que j'adore Mark Wahlberg depuis tout ce temps et qu'il en a fait du chemin dans sa carrière depuis. J'attends avec impatience de le découvrir dans le dernier film de Peter Jackson The Lovely Bones, janvier prochain.


Mais venons-en à celui qui m'a bluffé devant l'écran : Leonardo Dicaprio. Il est bien loin le jeune adulescent de Titanic. Il est devenu un homme et un p***** de bon acteur. Face à lui, Matt Damon fait pâle figure (et pourtant j'adore l'acteur surtout dans la Bourne Trilogy) mais je crois que c'est le rôle qui veut ça. En effet, contrairement à Billy Costigan (Dicaprio) a plus de mal avec sa double identité que Colin Sullivan (Damon). Il nous montre plus ses failles, son point de rupture ce qui touche le personnage de la psy responsable de son suivie post case prison tout comme le spectateur, en l'occurence moi.


Plus on avance dans l'histoire et plus la tension se fait sentir. Cacher leur identité devient de plus en plus complexe atteignant un tout autre niveau avec la chute sanglante du boss de Costigan. (génial Martin Sheen que j'adore depuis son rôle dans la série The West Wing) Brutale. J'en suis resté toute aussi effarée et speachless que le personnage de Dicaprio. Après cela, il se retrouve without any protection et tous se dirigent vers un final encore plus brutal et surprenant qui vous prends aux tripes. Bordel, la scène de l'ascenseur... Vous n'avez pas le temps de le voir venir. Ensuite tout s'enchaîne jusqu'au retour du flic interprété par Wahlberg qui revient mettre les pendules à l'heure-BANG-générique de fin.


Ceux qui ont vu l'original hongkongais, Infernal Affair, disent que The Departed est loin d'arrivé au niveau de l'original. Et bien cela promet car j'ai adoré la version de l'histoire transposé dans la mafia irish de Boston raconté par Scorcese qui a amplemant mérité son Oscar tant la réalisation est excellente. Une occasion de découvrir une ville trop rarement mise en valeur au cinéma. La bande son est particulièrement bien choisie, j'ai adoré chaque morceau. C'est remplie de classiques old school. Patsy Cline... I love it! Sans parler de sons bien irlandais tel I'm Shipping Up To Boston by Dropkick Murphys.


Pour ce qui est des prestations d'acteurs, n'oublions pas Jack Nicholson cabotin, comme à son habitude, en Frank Costello chef de la mafia au sommet de son art comme toujours. Mention particulière pour la scène d'ouverture avec sa silhouette toute en ombre et lumière : j'adore.
En bref du grand cinéma avec de grand acteurs que je suis fière de compter parmi ma dvd-tèque dans son joli coffret métallique.

Une affiche façon comics.
Une autre qui brille par sa simplicité, comme je les aime. Droit au but.

jeudi 3 décembre 2009

GO CANON!

Demain, c'est repartie pour deux jours en mode Canon au Saturn de Rennes. Comme la semaine dernière, je vais tenter de vendre pleins d'APN (Appareils Photo Numérique pour les non-initiés) à tous ces chers clients qui devraient normalement avoir "plein" d'argent à dépenser s'ils ont déjà reçu leur salaire en ce début de mois ou encore qu'ils s'y prennent à la dernière minute (comme beaucoup d'entre nous). Pour m'aider dans cette tâche la marque m'a envoyé la semaine dernière ce kit de survie composé d'une carte mémoire de 2Go, du papier photographique format 10*15, des coupons de réductions de 10% (valables uniquement lors de ma présence en magasin... faut savoir se faire désirer), des cartouches couleurs EP 50 et KP36 IP ainsi que des cartes postales vierges pour laisser libre cours à notre créativité... Sans parler de mon classeur de killer regroupant les fiches de présentation de la plupart des APN que se soit un compact (appareil dit "bijoux", in the pocket), bridge (mix compact/reflex mais sans la possibilité de changer d'objectif) ou reflex (possibilité infinie de changer d'objectifs/flash/etc...).
Tout un tas de péripéties pour recevoir à bon port ce colis de la part du service Chronopost. Ah les pauvres petits, ils ne sont pas habitués à livrer en campagne. "Il est où l'interphone ?!?"

Quote of the Day aka Citation du Jour_n°007

Une amie a posté ce petit mot sur Facebook et je me suis dit que j'allais le diffuser ici :


90 personnes attrapent la grippe H1N1 et tout le monde veut porter un masque. 5 millions de personnes ont le SIDA et personne ne veut porter de capote !! 1000 personnes meurent de la grippe A dans un pays riche, c'est une pandémie. Des millions meurent du paludisme en Afrique, c'est leur problème...

mercredi 2 décembre 2009

Parce qu'il vaut mieux en rire : grippe H1N1

Veuillez installer Flash Player pour lire la vidéo

mardi 1 décembre 2009

Quote of the Day aka Citation du Jour_n°006


"A thing of beauty is a joy forever... (Fanny Brawne)

I almost wish we were butterflies
and lived but three summer days.
Three such days with you I could fill more delight
than fifty common years could ever contain." (le poète John Keats)


"Un objet de beauté est une joie sans fin....

Je rêves que nous sommes des papillons
n'ayant à vivre que trois jours d'été.
Avec vous, ces trois jours seraient plus plaisants
que cinquante années d'une vie ordinaire."

Extraits de la bande annonce de Bright Star, le nouveau film de Jane Campion, la réalisatrice de La Leçon de Piano qui raconte l'histoire d'amour entre le poète, figure de proue de l'école romantique anglaise, et la jeune Fanny Brawne. Il sortira en France le 6 janvier prochain.


Voici la Bande annonce en VOST pour le marché français :

Et la bande annonce pour le marché américain, moins poétique, qui montre bien plus la passion amoureuse entre les deux héros :

Casse-têtes. Prise de tête.

Voici un mail que j'ai reçu aujourd'hui. Encore une énième chaîne. Mais pour une fois je me suis prise au jeux et j'ai ressentie le besoin de vous le faire partager. En voici donc son contenu :

"Il paraît que si vous y réussissez, cela indique que vous avez l'hémisphère gauche bien développé et que vous êtes intelligents. Si vous réussissez à lire les premiers mots, le cerveau déchiffre les autres.
Amusez-vous !

UN B34U JOUR D'373, J'37415 5UR L4 PL4G3 37 J3 R3G4RD415 D3UX J3UN35 F1LL35 JOU4N7 D4N5 L3 54BL3. 3LL35 CON57RU15413N7 UN CHÂ734U D3 54BL3, 4V3C 7OUR5, P4554G35 C4CH35 37 PON7-L3V15. 4LOR5 QU'3LL35 73RM1N413N7, UN3 V4GU3 357 4RR1V33 37 4 7OU7 D37RU17, R3DU154N7 L3 CH4734U 3N UN 745 D3 54BL3 37
D'3CUM3...J'41 CRU QU'4PR35 74N7 D'3FFOR7, L35 F1LL37735 COM3NÇ3R413N7 4 PL3UR3R, M415 4U CON7R41R3 3LL35 COURRUR3N7 5UR L4 PL4G3, R14N7 37 JOU4N7 37 COMM3NÇ3R3N7 4 CON57RU1R3 UN 4U7R3 CHÂ734U. J'41 COMPR15 QU3 J3 V3N415 D'4PPR3NDR3 UN3 GR4ND3 L3ÇON. NOU5 P455ON5 UN3 GR4ND3 P4R713 D3 NO7R3 V13 4 CON57RU1R3 D35 CHO535 M415 LOR5QU3 PLU5 74RD UN3 V4GU3 L35 D3MOL17. L35 53UL35 CHO535 QU1 R3573N7 5ON7 L'4M1713, L'4MOUR 37 L'4FF3C71ON 37 L35 M41N5 D35 G3N5 QU1 5ON7 C4P4BL35 D3 NOU5 F41R3 5OUR1R3."


Nous passons une grande partie de notre vie à construire des choses mais plus tard une vague les démolit. Les seules choses qui restent sont l'amitié, l'amour et l'affection et les mains des gens qui sont capables de nous faire sourire.