lundi 20 avril 2009

Bobby : Seul contre tous (Prayers for Bobby)



J'ai découvert ce téléfilm aujourd'hui sur M6 à 13h35 (quelque mois après sa diffusion sur la chaîne américaine Lifetime, qui a fait grand bruit). La présence de Sigourney Weaver dans le casting a retenue mon attention. Le sujet de ce film, basé sur une histoire vraie, relate la vie du jeune Bobby Griffith (20 ans) issu d'une famille très religieuse qui réalise son homosexualité. Le rejet de sa famille, et plus particulièrement de sa mère, suite à cette nouvelle le conduira à mettre fin à ses jours. Cet événement bouleversera tous les idéaux de cette femme au foyer qui remettra en question tous les fondements de sa vie. Elle consacrera dorénavant son existence à la cause homosexuelle et essayera de changer les mentalités. Cette fiction est tirée du livre Prayers for Bobby de Leroy Aarons.

Ce film m'a rappelé Harvey Milk avec Sean Penn. Tous les deux tentent de faire évoluer les mentalités sur le sujet de l'homosexualité et son acception par la société contemporaine. Que l'on soit dans les années 80 ou au 21e Siècle, le combat reste le même. Et pour ceux qui croit que nous avons évolué et que nous sommes plus tolérant, grands hétérosexuels arrogants que nous sommes... Et bien non. Certes, en surface, les gens se targuent de ne pas "avoir de problèmes avec les homosexuels" ou "d'avoir un ami gay".... blablabla. Ces commentaires me font toujours doucement rire et c'est tellement hypocrite. Ne parlons même pas des opinions des personnes qui ont trouvé Jésus notre Seigneur dans leur vie. Il n'est plus nécessaire de rappeler la grande tolérance de la Bible en ce qui concerne les homosexuels. Sujet grandement traité durant le film "Bobby : Seul contre tous". Néanmoins, n'oublions pas que le gros livre universel est sujet à diverses traductions en fonction des époques.
Plus important que tout : TOLÉRANCE, TOLÉRANCE, TOLÉRANCE. Arrêtons d'avoir peur de se qui nous est inconnu. Comme disait Einstein : Il est plus facile de détruire un atome qu'un préjugé.


Voici ci-dessous quelque extraits du téléfilm qui m'ont particulièrement touchés :

*** Discours devant le Conseil Municipal de Walnut Creek (Californie, USA) pour demander une journée en faveur de la liberté homosexuelle, Marie Griffith. ***
"L'homosexualité est un pêché. Les homosexuels sont condamnés à passer l'éternité en enfer. Si ces gens-là voulaient changer, ils pourraient être guéris de leur perversion s'ils se tenaient à l'écart de toute tentation, ils retrouveraient la normalité. Si seulement ils voulaient essayer et redoubler d'efforts si cela ne suffisait pas."
Voilà toutes les choses que j'ai dit à mon fils Bobby quand j'ai découvert qu'il était gay. Quand il m'a dit qu'il était homosexuel, mon monde s'est écroulé. J'ai fait tout ce que j'ai pu pour le guérir de sa maladie. Il y a 8 mois mon fils a mis fin à ses jours en se jetant du haut d'un pont. Je regrette profondément mon ignorance de ce que sont les gays et les lesbiennes, croyez-moi. Je réalise que tout ce que l'on m'a enseigné n'était que bigoterie déshumanisante et malveillance. SI j'étais allée plus loin que ce que je considérais pour acquis. Si simplement, j'avais écouté mon fils quand il me parlait et se confiait à moi, je ne serais pas devant vous aujourd'hui, remplie de regrets. Je suis persuadé que Dieu se satisferait de l'âme aimante et douce de Bobby. Aux yeux de Dieu, la gentillesse et l'amour sont tout ce qui compte. Je ne savais pas que à chaque fois que je vouais les homosexuels aux flammes de l'enfer et que je parlais de Bobby comme d'un détraqué, d'un pervers et d'un danger pour nos enfants, je détruisais petit-à-petit son amour propre et son sens de la dignité jusqu'à ce que pour finir son esprit soit broyé irrémédiablement.
Ce n'était pas la volonté de Dieu que Bobby enjambe ce jour-là la parapet d'un pont de l'autoroute et se jette sous les roues d'un poids lourd qui l'a tué sur le coup. La mort de Bobby est le résultat direct de l'ignorance de ses parents et de leur peur du mot gay.
Il voulait devenir écrivain. Ses espoirs et ses rêves n'auraient pas dû lui être confisqués, mais ils l'ont été.
Il y a d'autre enfants comme Bobby, assit dans vos congrégations. Ils écouteront vos mises à l'index auquel chacun répondra Amen. Et très vite, cela fera taire leurs prières. Leurs prières à Dieu pour la tolérance, la compréhension et pour votre amour. Mais votre haine, votre peur et l'ignorance du mot gay auront fait tairent ces prières.
Alors, par pitié, avant de dire Amen, que ce soit chez vous ou dans votre lieu de culte, réfléchissez. Réfléchissez et souvenez-vous, il y a un enfant qui vous écoute."


*** Marie Griffith ***
"À tous les Bobby et Jane de la terre, j'adresse ces mots comme si vous étiez mes propres enfants chéris : Promettez-moi de ne jamais désespérer de la vie, ni de vous-même. Vous m'êtes très cher et je travaille très dure pour vous rendre la vie plus belle et plus sûre. Promettez-moi de ne jamais renoncer. Bobby a renoncer à l'amour. Ne faites pas comme lui. Vous êtes dans toutes mes pensées."


*** Début du Journal de Bobby Griffith ***
"Je m'appelle Bobby Griffith. J'écris ce journal dans l'espoir qu'un jour, dans de nombreuses années, je pourrais en relisant ces mots me souvenir de ce qu'était ma vie à l'époque où j'étais un adolescent un peu perdu essayant désespérément de se comprendre, et de comprendre le monde dans lequel il vivait.
J'écris aussi ceci pour que, longtemps après ma mort, d'autres puissent apprendre des choses sur moi et découvrir comment j'ai vécu mes jeunes années."

La réelle Mary Griffith (parmi les figurants)
lors de la scène de la Gay Pride de San Fransisco, à la fin du film.

7 commentaires:

Anonyme a dit…

Ce film est tellement magnifique..
Il nous apprend ce que nous, adolescent homosexuel pouvons subir tout au long de notre jeunesse. J'ai vraiment pleuré très fort que je l'ai vu. Je suis un garçon gay et ce film me donne du courage de me battre.

Crazy Sandy a dit…

Cher Anonyme,
Merci pour ton petit commentaire ici même. Je suis heureuse de savoir que ce film a pu t'aider un temps soi peu. Il m'avait énormément ému moi-même il y a trois ans. Toutes les histoires de personnes persécutées me touchent à chaque fois. Je suis une femme tout ce qu'il y a de plus hétéro, mais cela ne m'a pas empêché durant mon adolescence de subir certaines persécutions intempestives de la part des filles (those bitchies) surtout au collège.
Et j'en suis sortie miraculeusement.

Avec le recul tu comprends que l'adolescence n'est vraiment qu'une étape de ta vie. Tu t'endurcis. Puis, devenu adulte, tu es mieux dans ta peau avec le courage d'envoyer chier le monde ou alors la capacité à laisser cela te passer au dessus.

Bon, j'ai quand même l'impression que les jeunes d'aujourd'hui sont encore bien plus casse-couilles que ceux de mon temps, pourtant pas si lointain. Surtout quand tu es différent. Toujours la même rengaine.

J'espère vraiment que autour de toi, cher Anonyme, le monde est plus tolérant vis-à-vis des homosexuels. Cela dépend de l'ouverture d'esprit des gens, souvent proportionnel à la taille de la ville où tu vie.

Tout ce charabia pour dire que : garde espoir. Si ce film t'a fait du bien, et mon petit post ici au passage, alors tant mieux. Accroche toi à ça.

Et n'oublie pas, tu n'es pas seul. Après tu deviens adulte et tous ces trucs que les autres pointaient du doigt niaisement, deviennent plus tard une qualité et quelque chose dont tu peux être fier.

Enjoy life. :)

Fred a dit…

Surement le seul film qui m’aie autant ému. Tant de vérité, tant de détails réel sur ce que nous vivons au quotidien. Merci au réalisateur, merci a la production, merci aux acteurs de nous avoir fait ressentir encore une fois que nous ne sommes pas seul dans ce combat.

Anonyme a dit…

28 septembre 2016, je viens de regarder ce téléfilm qui m'a bouleversé. Il m'a renvoyé à ma propre existence et un flot d'émotions m'a submergé. J'ai laissé les larmes couler sur mes joues, sans chercher à les retenir. Merveilleuse interprétation d'une histoire poignante. Soyons fier de ce que nous sommes, nous n'avons pas choisi notre orientation sexuelle. Notre vie nous appartient et personne n'a le droit de nous juger.

Crazy Sandy a dit…

Bonjour Anonyme,
C'est en effet une histoire très poignante, qui vient nous chercher à l'intérieur de nous. Le monde évolue et devient plus tolérant. Tu ne choisis en effet pas qui tu aimes. Merci pour ton message.

patrice roux a dit…

C'est le film le plus émouvant!! j'ai pleuré comme une madeleine devant ce chef d'oeuvre... J'espère que ce film a permis a beaucoup de personnes de changer d'avis sur le sujet des jeunes homo.
Il est vrai qu'aujourd'hui en 2017 les choses ont certes beaucoup evoluer mais pour beaucoup d'ados c'est encore une chose difficile a avouer a la famille ou aux amis, parfois les deux! C'est pourtant une chose qui devrait pouvoir etre dites tout naturellement car bien evideament on ne choisi pas d'etre gay, bi ou lesbiennes, on a ça en soit et on doit vivre avec qu'on le veuille ou non...
J'aimerai moi aussi pouvoir aider de jeunes homos, pouvoir donner des conseils sur mon expérience, les aiders a avancé sur leur chemin, mais je ne sais pas comment faire..........

Flo Chipmunks a dit…

Cher Patrice Roux,
Je ne sais pas dans quelle région tu vis mais il y a surement des associations pas loin dans laquelle tu peux contribuer à ta manière au soutien des jeunes homo. Sur paris il y en a plusieurs. Soit pour les LGBT directement, ou aux parents d'homo. Et bien d'autres encore. Renseigne toi sur internet, je suis sûr que tu pourra trouver quelque chose. Il y a aussi des associations qui font des interventions en milieu scolaire. Par contre accroche toi pour ça, c'est assez difficile de garder son sang froid parfois. Les jeunes n'ont à certains moment aucune retenue pour te balancer des choses qui peuvent être difficiles. Mais c'est super de, justement, pouvoir essayer de changer le regard des autres vis-à-vis de ça. Ca ne marche pas toujours bien entendu, mais le message passe toujours pour quelques personnes. Et s'il y a un-e ou plusieurs homos dans la classe, même s'il-elle ne se manifeste pas, il ou elle se sentira soutenu tout de même.
Tout ça pour dire qu'il y a toujours un moyen d'aider des personnes si ça t'intéresse.

Et pour en revenir au sujet principal, ce film est juste houaw. Je ne trouve toujours pas les mots pour le décrire, mis à part peut être le fait de dire qu'il est bouleversant. Un film tristement magnifique. On a cette envie et cette rage de vouloir aider un bobby, pour lui montrer qu'il est loin d'être seul. Lui montrer que (comme crazy sandy l'a si bien dit) cette période de l'adolescence n'est juste qu'une période. C'est un moment pas toujours agréable à passer mais qui nous construit et fait de nous ce que nous sommes. Pour rien au monde je ne changerai ce que j'ai vécu, car c'est grâce à tout ça que je suis qui je suis. Et j'en suis fier. Il est vrai que j'ai une mère tolérante qui n'a mi que quelques mois à accepter la "nouvelle" (ça pet très bien se passer aussi, il ne faut pas l'oublier ;) ). Mais il faut savoir qu'en général quand les personnes ne réagissent pas bien à un coming out c'est tout simplement la peur. La peur de l'inconnu.

Qu'est-ce que mon fils - ma fille va devenir ?
Qu'est-ce que les gens vont en penser ?
Suis-je un mauvais parents ?
Qu'est-ce que j'ai raté ?
Je ne serai donc jamais grand père, grand mère ?
Pourquoi, pourquoi, pourquoi ?...

Toutes ces questions tournent dans la tête de notre entourage, ils ont tout simplement peur et certain refusent tout clairement l'idée d'avoir un enfant homo. Lors d'un coming out on a besoin d'etre rassuré, mais on oubli parfois que les parents, les proches, eux aussi ont besoin de comprendre.
Quand j'ai fait mon coming out à ma mère je lui avais clairement dit que je ne voulais pas en parler. Je lui avais annoncé et enchainé sur un "je ne veux pas en parler plus, j'avais juste besoin de te le dire". Sauf que je n'avais pas penser que ma mère allait avoir besoin de réponse, de comprendre certaines choses. J'ai du donc discuter et ça a été une épreuve pour moi. Mais comme je l'ai dis, j'ai eu la chance d'avoir un parent ouvert au dialogue même si l'annonce à été difficile à entendre.
Je suis désolé je ne pensais pas écrire autant, mais si jamais cela peut aider qui que ce soit, un petit témoignage ne fait jamais de mal, bien au contraire.
Quoi qu'il se passe, quoi qu'il puisse arriver, n'oubliez jamais que vous n'êtes pas seul, même dans les moments les plus difficiles.
Il y a tellement de belles choses à apprendre et à découvrir qu'une vie entière n'est pas suffisante pour tout faire. Donc autant la vivre comme on le souhaite, de la manière qu'on veut, avec qui on veut, où on veut.

Be yourself