mardi 28 février 2012

Font Fight, by CollegeHumor

Découverte faite via le site TypeMeStupid.tumblr.com, qui semble être un fan de design et de typographie, tout comme moi. Merci à lui/elle pour cette très drôle découverte, une nouvelle parodie haute en couleurs de College Humor.

lundi 27 février 2012

Jean Dujardin gagne un WHOUAH, PUTAIN, GÉNIAL, MERCI BEAUCOUP d'Oscar


“Jean a pris la vague de BRICE DE NICE et grand bien lui en a fait : Jean est devenu THE ARTIST en France et au-delà des frontières… Pas besoin de faire faire une CONTRE ENQUÊTE par OSS 117, il a gagné ses galons grâce à son immense talent. Si l’Amérique nous l’envie, nous espérons qu’il ne sera jamais INFIDÈLE à la France. Partout où il va, nous pouvons entendre LE BRUIT DES GLAÇONS dans la coupe qu’il lève de son BALCON SUR LA MER. LUCKY LUKE peut lui tirer son chapeau et se féliciter de l’avoir eu comme interprète. Demain, nous sommes de tout coeur avec vous, “Loulou”. Que votre ”Chouchou” vous porte chance car comme elle, nous sommes fiers de notre Monsieur Jean Du Jardin.”


Pour commencer ce post dédié au film The Artist, et plus particulièrement à son interprète principal Jean Dujardin, je voulais partager avec vous ce joli petit texte d'une certaine Manou, que j'ai découvert via le Tumblr SoutenonsTheArtist que j'ai beaucoup suivi ces derniers mois.

Cliquez sur le patchwork photographique pour voir plus en détails.

Comme je l'avais pronostiqué notamment ici, notre chouchou national, aka Jean Dujardin a remporté hier soir la préciseuse statuette, 4 ans après Marion Cotillard. Après, entre autres, les Goldens Globes, les prix de la SAG-DGA-PGA, et les Bafta, le film a fini en apogée hier soir à Hollywood avec les prix tant convoités de : Meilleur Film, Meilleur Réalisateur et Meilleur Acteur, mais aussi Meilleurs Costumes et Meilleure Musique.

Cliquez sur le patchwork photographique pour voir plus en détails.

Et pour finir, une autre petite vidéo pour charmer les américains, via le site toujours aussi truculent Funny Or Die, où Jean nous fait un florilège d'auditions pour son supposé prochain rôle... de méchants. Voir le making-of ici.

samedi 25 février 2012

LE MAGASIN DES SUICIDES, de Patrice Leconte

Le Magasin des suicides, de Patrice Leconte, qui sortira le 16 mai prochain en France. Le titre m'a tout de suite fait penser au livre éponyme. Le style visuel est vraiment très beau et ce film semble ampli d'un humour caustique au possible. Sans parler que graphiquement, il est superbe.

lundi 20 février 2012

2012 Oscar Nominees, by Hunter Langston

Nombreux sont les artistes/graphistes qui décident d'illustrer la liste de films nominés pour l'Oscar® du Meilleur Film. L'année dernière, c'est ainsi que j'avais découvert le travail de Laz Marquez 10 posters en 10 jours.
Cette année, c'est par le biais de The Artist que j'ai découvert la série de posters créée par le graphiste américain Hunter Landston, qui vit à Detroit. J'ai ici sélectionné mes préféré, mais vous pouvez retrouver la série 2012 Oscar Nominees au complet en faisant un tour sur son Flickr.

Pour être au courant de ses dernières créations, dès leur parution, rien de mieux que devenir "ami" avec lui sur Facebook, ou de s'abonner à son Tumblr. Vous pouvez également le découvrir sur Behance.net et acquérir certains de ses posters via Society6.com, ImageKind.com ou encore Esty.com. Voir son site officiel.

vendredi 17 février 2012

The Vow & Safe House - Review


Une comédie romantico-dramatique basée sur des faits réels. Étant fan de Rachel McAdams depuis The Notebook, qui visiblement prend la mauvaise habitude de choisir des rôles dans des comédies romantiques portraitant des histoires plus que compliqués. Mais je l'adore cette fille alors je suis prête à pardonner pas mal de choses. Pour le moment.
Et puis pour nous les femmes, et les hommes qui aiment les hommes, voir le magnifique et rebondi petit cul de Channing Tatum (même pour ceux comme moi qui ne sont pas fan du bonhomme) c'est toujours agréable. Et cela illumine une soirée de Saint Valentin passée toute seule au cinéma au milieu de ces femmes qui ont traînés leur chéri au cinéma ou ces autres femmes qui en ont profité pour faire une petite sortie ciné entre girls. Pour moi, difficile vue que ma chère Natacha (aka binôme de cinéma à caractère romantique) est actuellement de l'autre côté de l'Atlantique à Valence.
Pour en revenir au film, c'est sympathique avec de jolis gens qui réapprennent à se connaître, vivre ensemble, et ultimement retomber amoureux. C'est mignon. Cela vous fera verser la petite larme. Mais cela ne restera pas pour autant dans les anales de la comédie romantique. Certes c'est un genre avec ses défauts et c'est quand même bien meilleur que n'importe quel film avec Katherine Heigl, mais quand même. Preuve en est avec la comédie Crazy, Stupid, Love qui savait jouer des clichés et nous faire mourir de rire. OK, ici le sujet est plus difficile, mais pas impossible pour autant.


Un thriller sympa mais hélas trop prévisible. Le film recèle quelques bonnes scènes de combat où Ryan Reynolds se montre plus que convaincant. Néanmoins, au terme de la projection vous avez quand même le sentiment d'avoir vu du sous Jason Bourne. La faute également à une réalisation loin d'être exceptionnelle avec ses mouvements de caméra intempestifs et la qualité de l'image parfois approximative. N'est pas Paul Greengrass qui veut. Le problème majeur reste néanmoins l'intrigue prévisible et ce dès que vous avez vue la bande annonce où Frost demande à Weston s'il peut vraiment faire confiance à ses employeurs. Le premier d'entre eux, (Brendan Gleeson) dont il est le plus proche est celui que tu suspectes le premier justement à cause de leur lien. J'espérais me tromper mais quand je le vis shooter la fille, c'est avec la déception de réaliser que j'avais raison. Rien n'est pire qu'un scénario prévisible. Pour ce qui est du choix des acteurs, on aurait pu espérer un peu plus d'originalité. Reynolds s'en sort plutôt bien mais Washington joue encore le même genre de gars méchant en apparence. Vera Farmiga ne sort visiblement pas de ses rôles de burocrates, cantonnée entre quatre murs pendant une bonne partie du film. Dommage autant pour l'actrice que le spectateur qui n'aurait pas dit non à un peu de contre emploi pour changer. Elle est bien loin l'époque de Up in the Air qui lui avait valu son lot de nominations et récompenses. Même chose pour le pourtant génialissime Sam Shepard qui aurait mérité bien plus que ce pauvre rôle de patron de la CIA.
Et je ne parle même ma du reboot The Bourne Legacy avec Jeremy Renner en lieu et place de Matt Damon qui ne me dit rien qui vaille, malgré la présence au casting de Joan Allen, David Strathairn et Brian Cox de la trilogie initiale. Le fait que le scénariste de la précédente trilogie soit également derrière l'écriture de ce dernier est une bonne chose. Par contre, a-t-il les épaules pour le réaliser ? Encore une fois, marcher sur les traces de Greengrass est des plus périlleux.

mercredi 15 février 2012

AWAKE, les 7 premières minutes


OMG, quelle ne fut pas mas surprise quand j'ai découvert aujourd'hui que NBC avait mis en ligne les 7 premières minutes du pilot de AWAKE. Tout est parfait, de la réalisation, au jeu d'acteurs, en passant par la photographie. Seul soucis, c'est beaucoup trop court, et quand vous avez comme moi regardez en boucle les différentes promos, vous avez l'impression de connaître par cœur les dialogues. Mais bon, c'est normal, il faut mettre en place l'intrigue. Et puis au moins on rentre directement dans le vif du sujet. L'image et ce silence qui précède l'accident vous captive immédiatement.
Vraiment contente de voir que la chaîne semble visiblement (à plus que raison) croire en cette série en s'attelant réellement à la promotion. Vous pouvez voir ou revoir les autres trailers ici et . Mais aussi via le site officiel de la série ou la chaîne YouTube de la chaîne, et n'hésitez pas à devenir "ami" de la page Facebook de la série histoire de rester au fait de l'actualité de cette dernière. En attendant la diffusion du pilot le 1 mars prochain.


ACTUALISATION (16 février) : pour les chanceux qui habitent aux USA, ou peuvent laissé croire à leur ordinateur qu'ils y sont en changeant notamment leur proxy, le site Hulu a mis en ligne aujourd'hui l'épisode Pilot dans son intégralité. Le site officiel de NBC a également mis en ligne le premier épisode (voir ici), tout comme il l'avait fait avec SMASH fin janvier. Enjoy.

Ships In The Night, by Mat Kearney

Voici une chanson, et son interprète, que j'ai découvert via les différentes dernières promo de la futur nouvelle série de NBC Awake. Je l'adore et je me l'écoute en boucle en allant au travail. J'aime beaucoup également le travail ci-dessous de mise en image des lyrics de la chanson au moyen, supposément, de After Effects. Vous pouvez retrouver cette vidéo sur la chaîne YouTube du chanteur. Ships In The Night est extraite du dernière album de Mat Kearney, Young Love.

lundi 13 février 2012

NBC kick asses avec ses dernières promos

Voici une vidéo qui a été présenté durant les publicités du SuperBowl, dimanche 5 février, et qui met à l'honneur plusieurs shows de la chaîne qui diffusait l'événement, en l'occurence NBC. On retrouve le cast de 30 Rock qui pousse la chansonnette en reprenant Brotherhood of Mande la comédie musicale How to Succeed in Business Without Really Trying, que j'ai eu la chance de voir à Broadway en octobre dernier.
À eux vient s'ajouter un florilège des autres séries de la chaîne : The Office, Parks and Recreation, Community, le nouveau Smash (voir critique du pilot ici), Law and Order: SVU, The Voice, Jay Leno, Parenthood, Whitney, Up All Night, Donald Trump, The Today Show, Saturday Night Live (SNL), Brian Williams, Howie Mandel, Harry's Law, The Biggest Loser, et enfin Jimmy Fallon qui nous fait une petite improvisation de claquettes preuve que le passage de Jean Dujardin dans son émission (voir ici) l'a définitivement marqué. En tous les cas, toute cette vidéo prouve que même si les audiences ne suivent hélas plus, le network recèle quantité de shows de qualité.

video

Une autre preuve que le film The Artist a totalement mis Hollywood a ses pieds ? Il suffit de voir cette promo pour les comédies du jeudi soir sur NBC.


Mais dernièrement c'est avec la série SMASH que la chaîne a tout donné pour redorer son blason et le niveau de cette saison encore une fois décevante. J'avais déjà parlé de cette série en mai 2011 sur ce site ici. Je croyais déjà beaucoup en ce projet. Heureuse de voir que NBCégalement. Rarement on aura vue une promotion aussi accrue. Je suis sûre que si j'étais aller à NYC et plus particulièrement à Broadway en janvier, je n'aurais pu faire un pas sans me retrouver face à une affiche, un taxi ou une cabine téléphonique arborant l'une de ces superbes affiches. Sans parler de tous les spots diffusés durant le Super Bowl (à voir ou revoir via laPlaylist YouTube ici). Ayant eu la chance de voir le pilot en avance, j'ai d'ailleurs pu en faire une critique dithyrambique sur le site SeriesAddict où j'officie en tant que critique. Et je suis loin d'être la seule à le penser (voir ). Le moins que l'on puisse dire, c'est que tout ce tapage à payé, puisque 11,5 millions d'américains ont regardé ce fameux pilot lundi dernier (voir détailsici). Il faut dire qu'il bénéficie d'un lead-in royal en tous points : The Voice qui fut le carton surprise de l'année dernière. La chaîne avait d'ailleurs diffusé le retour de ce show musical le soir d'avant, juste après le Super Bowl et ses 100 millions de téléspectateurs. Ici nous pouvons d'ailleurs suivre The Voice via la chaîne canadienne CTV. Personnellement j'adore, et j'ai même réussi à convertir ma coloc et son chum au passage. Le concept est intéressant : le fait que le jury soit de dos pour découvrir les prestations. Mais ce qui est aussi génial c'est justement les interactions entre les membres de ce jury cinq étoiles : Christina Aguilera, Cee Lo Green (akaGnars Barkley), Adam Levine (le chanteur du groupe Maroon 5) et Blake Shelton (un chanteur country). Chacun de nos mardi sera désormais consacré à suivre l'émission via le site de la chaîne.



Ce qui m'amène au dernier show que je désespérais de voir sur NBC et qui pourtant a été mon coup de coeur de cette saison à l'instant où j'ai vue la magnifique promo sous fond musical de To Build a Home par The Cinematic Orchestra. Je l'avais également présenté en mai 2011 sur ce site ici. Ce show a l'aire d'être d'une excellente qualité et vue la propension de la chaîne a foutre en l'aire les excellents shows qu'elle a en sa possession (à l'exception de ses comédies) j'avais de plus en plus d'appréhension à mesure que la saison s'avançait. Mais miracle, fin janvier nous avons enfin une date de diffusion (le 1er mars prochain) et NBC lance ENFIN la promotion de ce show, via le site officiel tout d'abord, puis durant la soirée footbalistique (à voir également via la Playlist YouTube ici) . Vous pouvez tous les retrouver via le YouTube de la chaîne. Sérieusement, si vous habitez aux États-Unis, le 1er mars prochain, regardez NBC (à 22H, heure côté-est), PLEASE pour que ce show est une chance de durer et revenir la rentrée prochaine. Sérieusement, c'est l'opportunité de pouvoir faire plaisir à nos yeux chaque semaine en retrouvant Jason Isaac.
Pour cette fournée de promos inédites, nous avons droit à une nouvelle partition sonore qui vous reste dans la tête : Ships in the Night, de Mat Kearney. Depuis, je l'écoute en boucle sur mon iPod.




Enfin la dernière promo commence comme celle découverte l'année dernière, avec les premières notes de To Build a Home par The Cinematic Orchestra, puis viennent s'ajouter pleins d'images inédites et la nouvelle tune de Mat Kearney. Cela n'en reste pas moins toujours aussi efficace.

The Amazing Spider-Man et Seeking a Friend for the End of the World, trailers

Deux films diamétralement opposé mais qui ont tous deux pour point commun d'avoir une bande qui a le don de retenir votre attention.


Tout d'abord, un nouveau trailer bourré d'images inédites de The Amazing Spider-Man, avec Andrew Garfield et Emma Stone que j'ai encore plus hâte de découvrir. Vous pouvez voir où revoir le premier trailer, révélé l'été dernier, qui s'attardait sur le passé et la transformation du héros en l'homme araigné ici. Personnellement je suis plus impatiente de voir ce reboot que le dernier Batman, dont le dernier trailer ne m'a pas remué tant que ça, pas plus que les 6 premières minutes. Peut être que l'empreinte du défunt Joker est trop présente dans ma mémoire. Et puis Peter Parker est mon personnage de comics préféré, avec Kick-Ass, donc je ne peux être totalement objective. Néanmoins la bande annonce ci-dessous, qui s'attarde plus sur les personnages qui entourent le héros, n'en reste pas moins absolument géniale, et les effets spéciaux semblent royaux. Quant aux prestations des acteurs, elles semblent plus qu'à la hauteur. Mais en même temps, je n'en attendais pas moins de leur part. Sortie en salles le 3 juillet prochain.



Un film avec un sujet bien étrange et qui réuni deux acteurs que je n'aurais jamais cru voir travailler ensemble : Steve Carell et Keira Knightley. Sortie en salles de Seeking a Friend for the End of the World le 22 juin prochain.

dimanche 12 février 2012

And the Bafta goes to... The Artist


J'aime ce film sincèrement, mais à la fin trop c'est trop, à l'image de leur discours de remerciements qui s'épuisent à la longue (excepté Jean, comme toujours). C'est mon côté français qui resurgi, il faut que je critique à un moment donné. Je crois que je ressens le même effet que avec Avatar : plus capable de pouvoir personnellement juger le film, alors que tant de personnes l'avaient vue, ou dans le cas ici présent récompensé. Je ne comprends pas vraiment la façon de sélectionner un film français aux récompenses anglaises. Peut être qu'Harvey Weinstein y a investi quelques livres sterling.
Plus sérieusement, je trouve que les Baftas ont depuis bien longtemps perdu leur identité, vue la quantité de films américains qui y sont en compétition chaque année. Pas étonnant qu'il y est une catégorie spéciale nommée Outstanding British Film Winner, pour est sûr qu'au moins un film british reparte à chaque fois vainqueur.
Voici ci-dessous une vidéo présentant un medley de tous les prix reçus (7 au total) par le film de Michel Hazanavicius. J'aurais ADORÉ que Drive et Nicolas Winding Refn remportent les prix de Meilleur film et Meilleur réalisateur, car ce film est un pure bijou. Je suis très heureuse d'ailleurs de voir que les anglais, eux, ont su reconnaître sa qualité en le sélectionnant parmi les cinq meilleurs films de l'année.
Mes coups de coeur de la soirée resteront le discours de Jean (as usual), celui d'Octavia Spencer qui mérite tous les prix de la terre pour son rôle dans The Help (je n'arrêterais pas de le répéter), et enfin de voir Meryl Streep remporter le Bafta de la Meilleure actrice et surtout perdre sa chaussure qui lui est restitué par Colin Prince Charming Firth.



Le 4 février dernier, Jean Dujardin et Bérénice Bejo ont reçu le Cinema Vanguard Award qui récompense les acteurs qui ont "pris des risques artistiques et apporté une contribution importante et unique au film", lors du Santa Barbara Film Festival.
Voir les précédents prix reçus par l'équipe du film ici.


Et en parallèle de toutes ces distinctions, Jean continu la promo outre Atlantique, que ce soit dans la prestigieuse Saturday Night Live (samedi dernier), dans un sketch intitulé « Les Jeunes de Paris » parodiant les feuilletons (pourris) made in France/ABC Production. Il donne la réplique et danse avec Zooey Deschanel (qui était l'hôte de la soirée) qui parlent français pour l’occasion, et Kristen Wiig (vue et adoré dans Bridesmaids) reprenant le rôle de Bérénice.
Ou encore dans l'émission de Jay Leno le 3 février dernier, aux côté de Debra Messing, venu très certainement promouvoir sa nouvelle et géniale série SMASH (voir ma critique du pilot sur SeriesAddict). Elle est d'ailleurs le meilleur public pour Jean, rigolant à chacune de ses improvisations.

samedi 11 février 2012

RIP Whitney Houston

Aujourd'hui nous avons perdu l'une des plus grandes voix américaines. En effet le corps de la chanteuse Whitney Houston a été retrouvé sans vie. Cela faisait des années que cette dernière n'était que l'ombre d'elle même, plongé dans des problèmes de drogue et d'alcool qui auront visiblement eu raison d'elle. En 2009 pour la sortie de ce qui est dorénavant son dernier album, I Look To You, nous avions pu déjà constaté combien son hygiène de vie avait alors eu raison de la magnifique voix que l'on lui connaissait. Il semble donc, que comme le roi de la pop, nous n'aurons plus jamais la chance de ré-entendre des inédits de cette grande chanteuse. Il nous restera ses prestation filmiques, notamment dans Bodyguard (ci-dessous) aux côté de Kevin Costner. J'avais adoré ce film à l'époque, mais je crois que Kevin (l'un de mes amours de jeunesse) y était pour beaucoup. Personnellement, je suis entrain de me réécouter The Greatest Hits, que ma soeur avait acheté il y a maintenant plus d'une décennie (whoua) quand elle même était fan de la demoiselle.
RIP donc chère Whitney Houston. Je sens que vous allez donner un concert du tonnerre là-haut avec Michael Jackson et Amy Winehouse, entre autres.

vendredi 10 février 2012

Big Miracle, Man on a Ledge & Le Temps qui reste - My Reviews

Que serait un mardi ici à Montréal sans une séance de cinéma. En l'occurrence aujourd'hui deux films au Guzzo près de chez moi, suivi d'une projection des plus atypique dans l'auditorium Maxwell-Cummings du Musée des beaux-arts de la ville. C'est ce qui s'appelle une journée bien remplie. Et pour éviter de toute me mêler au milieu de ces trois longs diamétralement différents autant mettre ça sur papier ou plus exactement dans mon bloc notes nouvelle génération, aka mon nouveau bébé : mon joli petit iPod Touch.


Commençons par Le Grand miracle qui m'aura fait verser de petites larmes durant toute la projection. Je ne sais pas si le film va être un succès au box office, en tous les cas ils n'auront pas lésiné sur la promotion. C'est bien simple, ces derniers mois nous avions le droit, à chaque fois à la bande annonce de ce dernier avant le début du film. Dès la première fois que je l'ai vu, tout d'abord j'ai adoré la chanson de Passion Pit Moth's Wings en toile de fond, ensuite le fait que ce soit "basée sur une histoire vraie" de ces trois baleines coincées dans la banquise à 8km du rivage. J'avais une petite larme à chaque fois. L'intérêt et le soutien mondial qui s'en suivit pour les sortir de là fut phénoménal. Enfin la présence de deux acteurs que j'ADORE littéralement aura fini de venir à bout de moi. Drew Barrymore (voir ici et ) et John Krasinski (voir ici et ) sont aussi talentueux qu'attachants, que soit au travers de leurs personnages ou dans la vie. Je l'ai déjà dit sur ce site à plusieurs reprises et cette review ne fera que le confirmer un peu plus. Le fait qu'ils se soient engagés tous les deux dans ce projet ne me surprends pas et je ne les en adore qu'encore plus.


Mais même si ce film et cette histoire sont une belle leçon d'humanité, je retiendrais quand même pas mal que la plupart des gens qui se sont impliqué dans cette énorme et folle initiative, l'ont tout d'abord fait pour servir leurs intérêts personnels et leur carrière professionnelle. Tous les bons sentiments du film n'auront finalement pas eu raison de mon cynisme, et ce malgré toutes les larmes que j'ai pu versée. Peut être que c'est également le fait d'avoir pu en voir vue de mes yeux vue en octobre dernier qui rend tout ceci plus réel et touchant. À l'image du discours de la miss Greenpeace interprète par Barrymore, ces bêtes ont beau être gigantesques, elles reste vulnérables et peuvent avoir besoin d'aide parfois. Comme les êtres humains au final. Autre fait intéressant le point de vue des eskimos qui chassent d'habitude les baleines non pas par barbarie ou profit mais pour se nourrir et se vêtir. Vivre tout simplement. Et tout cela avec un profond respect de l'animal dont ils sont plus que reconnaissant pour les bienfaits apportés. Une leçon de vie pour les consommateurs de masse que nous sommes.
Par contre on passera sur le fait que les personnages soient sponsorisé par la marque de chaussures Sorel.
Voir photos des véritables baleines en 1988 ici.


Ensuite un film qui est un mélange de thriller/film de braquage/quête de la vérité avec Sam still freaking HOT Worthington, Elizabeth Banks (que j'ai découverte et adore depuis Zach and Miri Make a Porno) et Jamie Bell qui n'a définitivement plus rien du petit Billy Elliot tellement il est devenu cutement irrésistible.
Par contre je trouve qu'il y a eu un mauvais travail au niveau du choix du casting qui rend l'intrigue prévisible. Entre le personnage du flic interprété par Titus Welliver, dont on se doute qu'il va faire partie du clan des méchants parce que c'est ce qu'on l'on donne hélas souvent à jouer à ce brillant acteur. À l'inverse dans la série The Good Wife, son personnage de procureur était bien plus complexe qu'en apparence. Ou encore dernièrement son apparition dans le pilot du nouveau show de la chaîne américaine Fox, Touch où ils ont, au contraire, fait plus que bon usage de son cv chargé en bad guys pour tromper le spectateur.
Deuxième exemple, William Sadler qui a tenu une quantité de rôles plus ou moins important que ce soit à la tv ou au cinéma pour n'être ici que le valet de chambre.
Et on passera sur l'utilisation de Genesis Rodriguez (aka Angie la petite amie du frère) qui partage son temps à l'écran arborant une combinaison toute de latex ou sponsorisé par Victoria's Secrets, en mode rose bonbon. Ou comment réunir le maximum de fantasmes masculins en un minimum de temps. Heureusement la scène où elle jure à grand renfort de Hijo de puta relève un peu le niveau.
Enfin, un scénario loin d'être parfait pour ménager le suspense nous met très rapidement le doute sur l'ancien coéquipier et supposé ami du héros quand il fait sa petite enquête sans en référer à personne et surtout en supprimant des preuves au passage.
Sans parler des faiblesses du scénario surtout comparé à la quantité pharaonique de films qui ont déjà traités le sujet du braquage. Je pense notamment à l'excellent Inside Man, réalisé de main de maître par Spike Lee. Une merveille. Ou encore l'idée du huit-clos avec Phonebooth ou encore Cellular et 16 Blocks qui avaient déjà abordé le sujet vu et revu des flics ripoux. Man on a ledge a le désavantage d'arriver après donc tout ceci et en plus avec moins de finesse que ses prédécesseurs. Dommage vue le casting présent.
Enfin la réalisation de Asger Leth est loin d'être exceptionnelle, surtout lors de la scène finale de face à face entre les personnages de Worthington et d'Ed Harris.


Synopsis (AlloCiné) : The Time That Remains est un film en partie autobiographique, construit en quatre épisodes marquants de la vie d'une famille, ma famille, de 1948 au temps récent. Ce film est inspiré des carnets personnels de mon père, et commence lorsque celui-ci était un combattant résistant en 1948, et aussi des lettres de ma mère aux membres de sa famille qui furent forcés de quitter le pays. Mêlant mes souvenirs intimes d'eux et avec eux, le film dresse le portrait de la vie quotidienne de ces palestiniens qui sont restés sur leurs terres natales et ont été étiquetés "Arabes-Israéliens", vivant comme une minorité dans leur propre pays.


Et la journée s'achève avec le film semi-autobiographique de Elia Suleiman qui date de 2009. Selon le journal Metro il est visiblement "un des chouchous des cinéphiles internationaux. Personnellement je l'ai découvert aujourd'hui grâce a ma coloc qui avait spotté une pub dans un journal culturel (Voir) faisant la promotion de la projection gratuite de ce soir. Merci à elle donc pour une découverte des plus rocambolesque. Un film rare qui ne va ni dans l'excès de paroles, musique ou surjeu des acteurs. Le réalisateur travaille énormément en amont, lors de l'écriture du script, pour rendre chaque scène visuellement compréhensible et percutante immédiatement pour éviter les longs dialogues explicatifs inutiles. Et cela fonctionne à merveille. Ce film est tout un art dans la chorégraphie des scènes (à l'image de celle avec le tank) ou dans la répétition (celle de l'affiche, et surtout celles avec le voisin voulant s'immoler par le feu ou encore avec l'autre voisin qui surprend toujours Fuad (magnétique Saleh Bakri) lorsque ce dernier range sa canne à pêche.

dimanche 5 février 2012

TOP des publicités les plus drôles de 2011

Voici un florilèges de publicités des plus drôles que j'ai découvert via le site e-marketing.fr, qui ont conçu leur TOP5 des pubs les drôles, en partenariat avec Kantar Media.
Voici celles que j'ai préféré. La première d'entre elles nous fait revivre l'époque plus où moins glorieuse des boys bands de mon adolescence avec la marque anglaise Yeo Valley. Cette dernière a en effet eu l'idée originale de glorifier la qualité de ses produits au travers d'un faux clip champêtre nous présentant de superbes jeunes hommes prêt à nous dévoiler leur torse (miam), enjamber le premier tracteur Massey Ferguson (marque chérie de mon père) venu et chanter la sérénade à une prim'holstein impassible. C'est vraiment très drôle et le plus surprenant c'est que la chanson "Forever" des fictifs The Churned est loin d'être désagréable à l'oreille.


Voici une vidéo contre la déforestation commandée par Greenpeace, qui s'en prend à Mattel et plus particulièrement aux moultes emballages de la poupée phare de la marque. L'occasion de découvrir un Ken plus effeminé que jamais la quitter live après avoir appris que sa bien aimée était responsable de la destruction de pans entiers de forêts tropicales en Indonésie. Voir vidéo en version française ici, sur le site français de l'organisation. Cela n'est pas sans me rappeler tous ces moments du couple dans le film Toy Story 3.


Le site mettait également en avant la fameuse pub pour le nouveau gel Fructis Style Camouflage que je vous avais présenté à l'époque de sa sortie en mai dernier. Le but du spot était de montrer que le gel s'adapte à tous les styles des plus grands artistes musicaux/looks des consommateurs.

Enfin, une publicité pour la banque norvégienne DnB NOR qui s'est offert ni plus ni moins que les services de George Clooney. Conclusion : “Certaines personnes ont de la chance, pour les autres, mettre de l’argent de côté peut être judicieux”. En attendant, je crois que l'on ferait tous la même tête si on se réveillait premièrement marié (merde quelle connerie je viens de commettre?!?) et deuxièmement WHOUAH (finalement le divorce c'est mal... il faut laisser sa chance aux institutions...).


Copywriter: Janne Brenda Lysø
Art directors: Stian Johansen & Lars-Kristian Harveg
Copywriter: Jonas Grønnern
Consultant: Monika Augustsson
Project manager: Kristin Berge Jahr.
Director: Martin Werner via Bacon, Oslo
Producer: Magne Lyngner
Music “Air on the G String”by Bach, de la Suite n°3 in ré majeur, interprété par Klassische Reise durch Europa.

vendredi 3 février 2012

The Hunger Games : deuxième trailer

Le 19 janvier dernier, je vous avais présenté (ici) pas mal de nouvelles photos promotionnelles, mais aussi un poster et une première chanson de la BO. Cette fois, c'est une nouvelle bande annonce d'un peu plus d'une minute qui vient de faire son apparition pour "fêter" les 50 jours avant la sortie du film. La promotion est plus que jamais en fonction. Que ce soit au travers de la page Facebook, de la chaîne YouTube (qui ressemble plus à un site à part entière dédié au film qu'autre chose), ou des sites annexes (CapitolCouture.pn et TheCapitol.pn).
Ce deuxième trailer, vient s'ajouter au premier dévoilé en novembre 2011, que je vous avais présenté ici. Ce n°2 est centré encore plus que jamais sur l'héroïne Katniss (et de sa relation avec sa sœur et Gale, sans oublier la présentation du fameux Geais moqueur), pour ma plus grande frustration, en grande fan du personnage de Peeta que je suis. J'espère qu'ils nous dévoileront prochainement un autre court trailer qui fera cette fois-ci la part belle à l'autre tribut du district 12.


Cela vient s'ajouter à l'apparition hier de cette nouvelle photo ci-dessous où nous pouvions découvrir l'héroïne aux côtés de Cinna, son styliste (interprété par Lenny Kravitz) alors que cette dernière s'apprête à entrer dans l'arène des fameux Jeux de la faim.


Et quelques photos de l'édition du 10 février du magazine hebdomadaire américain The Hollywood Reporter de cette année, avec de charmantes photos du trio d'acteur Jennifer Lawrence, Liam Hemsworth et Josh Hutcherson, avec le réalisateur Gary Ross. Voir d'autres photos de l'envers du décor du photoshoot ici.